Parlement

A 35 ans, je rentre au Conseil national et depuis le printemps 2008, je suis vice-présidente du PLR suisse.

En 2011, j’accède à la commission de la sécurité sociale et de la santé publique. Retraites, santé: des enjeux passionnants! A l’avenir, mon but est de garantir à long terme le montant des retraites et de juguler les coûts de la santé afin de maîtriser les primes.

Asile et immigration sont au cœur de mon engagement au sein de la commission des institutions politiques. Sous les feux de l’actualité, il s’agit de trouver des solutions pragmatiques pour respecter la tradition humanitaire de la Suisse et accueillir des réfugiés en quête de protection, et ce selon une clé de répartition européenne. Parallèlement, une politique d’asile efficace doit être appliquée pour les migrants issus de pays qui ne sont pas en guerre.

Les grands dossiers de la législature

Asile. La révision de la loi sur l’asile a été adoptée. L’objectif principal est d’accélérer les procédures. Pourquoi ? Cela garantit une politique d’asile cohérente et efficace. Les requérants qui ont droit à l’asile doivent l’obtenir rapidement, ce qui facilite leur intégration en particulier sur le marché du travail. Les requérants déboutés doivent, eux, être renvoyés rapidement.

Sécurité. Je me suis aussi investie pour le retour des courtes peines de prison en juin dernier, après l’aberration des jours-amendes, parfois de 1 franc avec sursis, qui permettait à certains délinquants d’échapper à une réelle sanction. Ce sera 30 francs au minimum. Un long combat pour davantage de sécurité et de dissuasion contre la récidive.

Santé. Plus de transparence, plus de contrôle des primes, c’est le résultat de la nouvelle loi sur la surveillance de l’assurance maladie. Essentiel pour que nous ayons confiance dans le système et pour éviter de payer des primes en trop, au profit de réserves excessives des caisses, comme cela a déjà été le cas !

Un autre succès est l’introduction de déductions fiscales pour frais de garde à hauteur de 10’000 francs par enfant. A l’origine du projet au PLR, je me suis engagée pour obtenir ce compromis. Un travail de persuasion de longue haleine…
Corollaire de cette introduction au niveau fédéral, le Canton de Vaud a été en mesure d’augmenter sa déduction pour les impôts cantonaux et communaux. Ce sera 7’000 francs par enfant dès la déclaration 2011, soit deux fois plus qu’aujourd’hui.

Les réductions d’impôts, pour augmenter de façon ciblée le pouvoir d’achat de la classe moyenne, ont aussi été au cœur de mon action. La décision de compenser annuellement la progression à froid, c’est-à-dire l’augmentation automatique des impôts en cas d’inflation, a permis d’atteindre cet objectif : 500 millions dans la poche des contribuables.

Le tour d’horizon ne saurait être exhaustif tant les activités parlementaires sont foisonnantes, entre les interventions au Conseil national, les activités au sein du groupe PLR aux chambres et, surtout, le travail de fourmi mené en commission. Un engagement que je mène toujours avec le même objectif : trouver des solutions pragmatiques !

Envoyer à un ami
suivez moi sur twitter suivez moi sur Twitter suivez moi sur RSS