Formation

Une école exigeante, un apprentissage performant et des universités à la pointe : les clés pour demain ! C’est pourquoi j’ai soutenu la LEO, la nouvelle loi scolaire vaudoise. Elle réintroduit les notes à partir de la 5ème primaire, augmente le temps d’école et surtout renforce les matières enseignées, en particulier les mathématiques et le français, et ce grâce à l’action en commission des élus PLR. Désormais, il s’agit d’être vigilant et de s’assurer que les propositions radicales seront bien appliquées!

La loi scolaire reprend par ailleurs les objectifs fixés par Harmos. Ses principales innovations: l’école obligatoire dès 4 ans et l’introduction précoce de l’enseignement des langues étrangères. Des bases solides à la fin de la scolarité obligatoire sont une condition indispensable pour une entrée réussie sur le marché du travail. C’est d’autant plus vrai pour les jeunes qui rentrent en apprentissage.

Recherche et innovation sont les pierres angulaires d’une Suisse créative, qui avance. Des pôles de compétence existent déjà dans nos hautes écoles, en particulier à l’EPFL. Garder et développer cette position d’excellence est essentiel. Voici trois mesures: financer les hautes écoles sur le long terme, leur donner plus d’autonomie et encourager financièrement la recherche et l’innovation.

Nos actions politiques:

  • La LEO, la loi sur l’enseignement obligatoire. Une loi qui reprend à 80% des revendications du PLR.
  • L’adhésion du canton de Vaud à Harmos. Objectifs: harmoniser les programmes d’enseignements au niveau suisse et introduire l’horaire continu à l’école.
  • « Pour l’horaire continu à l’école et l’accueil parascolaire dans tout le canton »: une initiative lancée par le PLR et plébiscitée, en 2009, par plus de 70% des Vaudois. (voir famille).
  • L’augmentation continuelle du financement de la Confédération en faveur de la formation, la recherche et l’innovation.

A l’avenir, je suis pour:

  • Une école exigeante qui dispense de solides connaissances en mathématiques et en français.
  • Le retour des notes et l’enseignement précoce des langues étrangères.
  • Un apprentissage performant, qui permet des passerelles vers les hautes écoles.
  • Investir sur le long terme dans les hautes écoles et renforcer leur autonomie.
  • Développer des pôles de compétences et de recherche mondialement reconnus.
  • Encourager la formation continue par une déduction fiscale jusqu’à 10’000 francs par an.
Envoyer à un ami

 

suivez moi sur twitter suivez moi sur Twitter suivez moi sur RSS